La bibliothèque

A compter du 02 Septembre 2020, la bibliothèque de Sainte-Julie vous accueillera aux horaires habituels :

Les mercredi de 16h00 à 18h00 et les samedis de 10h00 à 12h00, même pendant les vacances scolaires. Et ce dans le respect des règles sanitaires.

De nombreux ouvrages sont proposés. Et grâce au partenariat avec la DLP (Direction de la Lecture Publique) et au budget alloué par le conseil municipal, des achats et des renouvellements réguliers de livres permettent de combler les attentes de chaque lecteur.

L’adhésion est de 4€ par famille et vous permettra de participer à de nombreuses activités proposées par nos bénévoles.

D’autres animations ouvertes à tous les Julicyens sont également proposées par la bibliothèque comme, la Nuit de la lecture et l’animation « Premières Pages ».

L’équipe de bénévoles se fait toujours une joie de vous accueillir chaque samedi matin. C’est très souvent autour d’un café que vos choix de lectures se font, dans la  bonne humeur et le plaisir de partager de bons moments.

N’hésitez pas à venir rejoindre les 180 adhérents déjà inscrits !

Vous trouverez la bibliothèque municipale en annexe de la salle des fêtes.

Concours de dessin « Dessine ton personnage préféré »

organisé par la Bibliothèque, jusqu’au 12 Décembre 2020.

Les dessins seront exposés à la bibliothèque et les adhérents voteront* par catégories (3/5 ans, 6/8 ans, 9/11 ans & 12/15 ans).

L’enfant dont le dessin à remporté le plus de votes se verra offrir un livre.

A vos crayons !

*si la situation sanitaire ne le permet pas, les membres de la commission bibliothèque & les élus voteront.

Les nouveautés de la bibliothèque – Octobre 2020

« Je venais d’avoir onze ans lorsque j’ai pris conscience de ce qu’était le destin. C’est drôle, en repensant à cette soirée et à tout ce qui m’est arrivé d’important depuis, je me dis que dans une vie, on ne voit jamais venir les événements qui vont vraiment compter. « Depuis ce jour, plus personne ne m’a pris dans ses bras. Enfin, jusqu’à la semaine dernière. C’était encore pour m’annoncer une nouvelle qui allait dynamiter mon existence. Il n’y a pas que les insectes qui se prennent des coups de pantoufle. Je ne sais pas qui les donne, mais si c’est un dieu, il chausse grand. »

Trois jours avant Pâques. Siglufjördur, le village le plus septentrional de l’Islande, repose paisiblement entre les hautes montagnes qui l’entourent. La mer est sereine. La tempête de neige qui couve n’a pas encore frappé ses côtes. Mais un appel d’urgence réveille l’inspecteur Ari Thór au beau milieu de la nuit. Le cadavre d’une jeune fille de 19 ans vient d’être trouvé, gisant dans la rue principale. Une chute imbécile depuis son balcon ? C’est le plus probable. Le lendemain, Ari Thór est appelé à la maison de retraite de la petite ville. Un des pensionnaires, qui lutte contre une maladie dégénérative violente, ne cesse d’écrire la même phrase sur les murs depuis qu’il a appris l’accident : Elle a été assassinée. Le vieil homme a-t-il eu vent de quelque chose ? Ou le souvenir d’une tragédie plus ancienne remonte-il de sa mémoire fissurée ?

Criquette et ses amis sont en fuite depuis qu’ils ont voé le livre de Clairevue.

Leur mission ? Renverser le régime totalitaire de la reine Frelonne et empêcher une guerre d’éclater. Une opération dangereuse pour une poignée de dragonnets recherchés à travers tout le continent !

Rose arrive au Japon pour la première fois. Son père, qu’elle n’a jamais connu, est mort en laissant une lettre à son intention, et l’idée lui semble assez improbable pour qu’elle entreprenne, à l’appel d’un notaire, un si lointain voyage.

Accueillie à Kyoto, elle est conduite dans la demeure de celui qui fut, lui dit-on, un marchand d’art contemporain. Et dans cette proximité soudaine avec un passé confisqué, la jeune femme ressent tout d’abord amertume et colère. Mais Kyoto l’apprivoise et, chaque jour, guidée par Paul, l’assistant de son père, elle est invitée à découvrir une étrange cartographie, un itinéraire imaginé par le défunt, semé de temples et de jardins, d’émotions et de rencontres qui vont l’amener aux confins d’elle-même.

Halloween à la bibliothèque : Lecture pour les enfants le samedi 17 octobre

Samedi 17 octobre, à l’occasion d’Halloween, l’équipe de la bibliothèque propose à ses adhérents une lecture de contes pour enfants.

Rendez-vous donc à la salle des fêtes, avec le programme suivant :

  • de 11h à 11h30 : « Histoire de petits monstres » pour les plus petits (0-6 ans)
  • de 11h30 à 12h : « Ah ! Ces sorcières… » pour les plus grands (7-12 ans)

A samedi !

Reprise des ateliers d’anglais à la bibliothèque

** Mise à jour du 10/10/2020 **

L’équipe de la bibliothèque propose à ses adhérents des ateliers de discussion en anglais. Ces ateliers sont principalement destinés aux adultes. Si des enfants souhaitent participer pour se familiariser à l’anglais, ils sont également les bienvenus à condition d’être accompagnés d’un parent.

Venez donc nous rejoindre à la bibliothèque, de 10h à 11h30, aux dates suivantes :

  • 17 octobre
  • 7 novembre
  • 5 décembre
  • 16 janvier

See you on Saturday!

Les nouveautés de la bibliothèque – Août 2020

Non Cornebidouille, pas mon doudou !

Pierre ne veut toujours pas manger sa soupe… et pour cause : il a craché la sorcière Cornebidouille toute rétrécie dedans, la dernière fois ! Condamné à vider la soupière maudite dans les toilettes, Pierre va dormir tranquille. Mais voilà qu’au beau milieu de la nuit il est réveillé par une Cornebidouille en furie, bien décidée à lui infliger la pire souffrance de sa vie : lui voler son doudou !

Se le dire enfin

De retour de vacances, sur le parvis d’une gare, Édouard laisse derrière lui sa femme et sa valise. Un départ sans préméditation. Une vieille romancière anglaise en est le déclic, la forêt de Brocéliande le refuge.

Là, dans une chambre d’hôtes environnée d’arbres centenaires, encore hagard de son geste insensé, il va rencontrer Gaëlle la douce, son fils Gauvain, enfermé dans le silence d’un terrible secret, Raymond et ses mots anciens, Adèle, jeune femme aussi mystérieuse qu’une légende. Et Platon, un chat philosophe.

Qui sont ces êtres curieux et attachants ? Et lui, qui est-il vraiment ? S’il cherche dans cette nature puissante les raisons de son départ, il va surtout y retrouver sa raison d’être.

Isabelle, l’après-midi

Paris, début des années 1970.
Dans une librairie de la rive gauche, un jeune homme rencontre une femme. Il est américain, étudiant, sans le sou, et a tout quitté pour assouvir ses fantasmes de la Ville Lumière ; elle est française, un peu plus âgée, sophistiquée, mystérieuse et… mariée.

Entre Sam et Isabelle, c’est le coup de foudre.

Commence alors une liaison tumultueuse, des cinq à sept fiévreux, des rendez-vous furtifs, des moments volés. Mais Sam veut plus. Isabelle lui a ouvert les portes d’une autre vie mais est-elle prête à tout lui sacrifier ? La passion saura-t-elle résister au quotidien, aux épreuves et au temps qui passe ?

Né sous une bonne étoile

A l’école, il y a les bons élèves modèles… et il y a Gustave.
Depuis son radiateur au fond de la salle, cet éternel rêveur scrute avec curiosité les oiseaux dans la cour ou les aiguilles de la pendule qui prennent un malin plaisir à ralentir chaque jour. Il aimerait rapporter des notes presque parfaites à sa mère, mais ce sont surtout les convocations du directeur qu’il collectionne pendant les cours. Pourtant, Gustave travaille avec acharnement durant tous les soirs. II passe plus de temps sur ses devoirs que la plupart de ses camarades, mais contrairement à Joséphine, sa grande sœur pimbêche et première de classe, cela ne rentre pas dans l’ordre. Pire, certains professeurs commencent à le prendre en grippe et à le croire fainéant.
Parfois, il suffit d’un rien pour qu’une vie bascule du bon côté… Un roman universel, vibrant d’humour croustillant et d’émotion constante.

La mauvaise herbe

Après avoir perdu leur emploi, Jacobo et Irene quittent Madrid pour un petit village près d’Almería, où ils occuperont la vieille ferme délabrée héritée des parents, le temps de se remplumer un peu. À leur traîne : une adolescente boudeuse de quatorze ans, furieuse d’avoir abandonné ses amis.
Dans un décor de Far West andalou à la chaleur écrasante, les habitants du village vivent en autarcie. Le clan a ses lois tacites et un chef qui emploie la moitié des habitants, régentant son monde depuis sa splendide villa sur la colline.
Quelques mois plus tard, alors que leur fille passe la nuit chez une amie, Jacobo et Irene sont attaqués chez eux. Irene est tuée et Jacobo laissé pour mort. Quand il sort enfin d’un long coma, la police lui révèle le nom du probable commanditaire : Miriam, son ado revêche.
Dans une ambiance obsessive et claustrophobique, ce thriller met en scène une kyrielle de relations toxiques qui interrogent sur l’éternelle raison du plus fort, l’usure du couple, la fragilité de l’adolescence.

Le flambeur de la Caspienne

Le pays : un rêve… Habitué aux destinations calamiteuses, Aurel Timescu, le petit Consul, est pour une fois affecté dans un lieu enchanteur. Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan ex-soviétique, est une ville pleine de charme au climat doux, au luxe élégant. A la terrasse de cafés d’allure parisienne, on y déguste un petit blanc local très savoureux.

L’ambassade : un cauchemar… Le chef de poste, autoritaire et brutal, est bien décidé à se débarrasser d’Aurel.  Le fantôme de sa femme, récemment victime d’un tragique et mystérieux accident, plane au-dessus de l’ambassade. Et l’équipe diplomatique, tétanisée par le deuil, est livrée à la crainte et au soupçon. Il n’en faut pas plus pour qu’Aurel se lance dans une enquête plus folle que jamais. Basée sur de fragiles intuitions, elle prendra, entre mafias locales et grands contrats internationaux, l’ampleur d’une affaire d’Etat.
Cette fois, Aurel ne lutte pas seulement pour faire triompher la justice. Il se bat pour une cause nouvelle et inattendue : rester là où il est et connaître enfin le bonheur.

Les abattus

Un jeune homme sans qualité relate ses années d’apprentissage entre 1960 et 1984 dans une petite ville de province, au sein d’une famille pauvre et dysfonctionnelle. Marqué par la poisse, indifférent au monde qui l’entoure, il se retrouve néanmoins au centre d’événements morbides : ses voisins sont assassinés à coups de cutter, son frère cadet commet un braquage et disparaît avec le magot, des malfrats reviennent régler leurs comptes, une journaliste qui enquêtait sur le narrateur est retrouvée noyée, etc., jusqu’au jour où lui-même disparaît sans laisser de traces. Dans la deuxième partie, situé en 1984, son entourage cherche à comprendre ses motivations, le considérant tantôt comme une victime, tantôt comme un importun, tantôt comme un suspect.

Les nouveautés de la bibliothèque

 

Bretagne, 1988.

Colette est une jeune femme (presque) comme les autres : elle a un métier dans lequel elle s’épanouie, et, depuis peu, vit un grand amour.
Mais un drame entraîne une série de bouleversements, affectifs bien sûr, mais aussi spirituels.

Car pour Colette, le chemin de la résilience passe par la révélation et l’acceptation d’une réalité qu’elle avait auparavant effleurée, mais pas encore assumée : elle est voyante.

Ce livre n’est pas inspiré d’une histoire vraie. Il EST une histoire vraie, et puise son origine dans une sorte de journal que l’auteure a tenu pendant des années.

Dotée d’un véritable talent de conteuse et d’un humour savoureux, elle a décidé de la partager pour, comme elle le dit elle-même  «  aider [ses] concitoyens avides de paranormal à en relativiser le bienfondé », mais aussi «  parce que, faisant profession de pré-voir, clair-voir et pré-dire, [elle a] le droit et le devoir de témoigner en faveur d’une vraie déontologie à opposer au vrai charlatanisme, de l’intégrité à l’escroquerie, de l’humour à la solennité, du doute à la suffisance. »

« Deux ans avant qu’il ne quitte la maison, mon père dit à ma mère que j’étais très laide. « Giovanna, fille unique d’un couple de professeurs, vit une enfance heureuse dans les hauteurs de Naples. L’année de ses douze ans, elle surprend une conversation dans laquelle son père la compare à Vittoria, une tante à la réputation maléfique. Bouleversée par ce rapprochement aussi dévalorisant qu’inattendu, Giovanna va chercher à en savoir plus sur cette femme.

En fouillant l’appartement, elle déniche de rares photos de jeunesse sur lesquelles son père se tient aux côtés d’une personne mystérieusement recouverte de feutre noir. Elle décide alors d’aller à la rencontre de cette Zia Vittoria habitant les quartiers pauvres de Naples. Dans cette partie de la ville qui lui était inconnue, l’adolescente découvre un autre univers social, une façon d’être plus spontanée. Incitée par sa tante à ouvrir les yeux sur les mensonges et les hypocrisies qui régissent la vie de ses parents, elle voit bientôt tout le vernis du monde des adultes se craqueler.

Entre grandes espérances et cuisantes désillusions, Giovanna cherche sa voie en explorant les deux visages de la ville, comme deux aspects de son identité qu’elle tente de concilier.

Winchester, 1932.

Violet Speedwell, dactylo de trente-huit ans, fait partie de ces millions de femmes restées célibataires depuis que la guerre a décimé toute une génération de fiancés potentiels. « Femme excédentaire », voilà l’étiquette qu’elle ne se résigne pas à porter, à une époque où la vie des femmes est strictement régentée.

En quittant une mère acariâtre, Violet espérait prendre son envol, mais son maigre salaire lui permet peu de plaisirs et son célibat lui attire plus de mépris que d’amis. Le jour où elle assiste à un curieux office à la cathédrale, elle est loin de se douter que c’est au sein d’un cercle de brodeuses en apparence austère – fondé par la véritable Louisa Pesel – qu’elle trouvera le soutien et la créativité qui lui manquent.

En se liant d’amitié avec l’audacieuse Gilda, Violet découvre aussi que la cathédrale abrite un tout autre cercle, masculin cette fois, dont Arthur, sonneur de cloches, semble disposé à lui dévoiler les coulisses.

À la radio, on annonce l’arrivée d’un certain Hitler à la tête de l’Allemagne.

 » Je crois que quelqu’un est en train d’agir comme s’il se prenait pour Dieu…  »

Un appel au secours au milieu de la nuit.
Une vallée coupée du monde.
Une abbaye pleine de secrets.
Une forêt mystérieuse.
Une série de meurtres épouvantables.
Une population terrifiée qui veut se faire justice.
Un corbeau qui accuse.
Une communauté au bord du chaos.
Une nouvelle enquête de Martin Servaz.
Le nouveau thriller de Bernard Minier.