Lancement du réseau de covoiturage le 7 septembre !

Le réseau « Covoit’ici Plaine de L’Ain » ouvre aux passagers le lundi 7/09 dans le respect bien sûr des gestes barrière !

Le réseau est prêt à vous accueillir :

  • Aux hubs de Meximieux et Ambérieu, une bagagerie est disponible si vous souhaitez laisser des effets personnels (pour les cyclistes, motards…)
  • Aux Arrêts PIPA Nord, PIPA sud et CNPE Bugey, une flotte de vélos électriques si votre conducteur ne peut vous déposer au plus près de votre entreprise
  • A chaque arrêt du réseau, des arrêts matérialisés pour faciliter la prise en charge

Dans tous les cas l’appli covoit’ici 24h/24 pour la mise en relation et l’assistance téléphonique de 6h00 à 20h00 sont disponibles pour vous rassurer…

https://www.covoitici.fr/plainedelain/

Alors n’hésitez plus, devenez conducteurs et/ou passagers du réseau covoit’ici !

S’informer et agir contre l’ambroisie

L’ambroisie est une plante envahissante dont le pollen est fortement allergisant. Auvergne-Rhône-Alpes est la région la plus touchée en France. Agir contre l’expansion de cette plante est un enjeu majeur de santé publique qui requiert l’implication de tous.

L’ambroisie, une plante sauvage et envahissante

ambroisie_adulte_avec_des_inflorescences_.jpg

Ambrosia artemisiifolia, l’ambroisie à feuilles d’armoise, communément appelée Ambroisie, fait partie de la famille des composées (Astéracées).

C’est une plante envahissante qui est apparue pour la première fois en France à la fin du XIXe siècle. Elle provient d’Amérique du Nord et l’Homme est le vecteur principal de son introduction et de son expansion. Elle pousse préférentiellement dans les cultures de printemps et plus particulièrement le tournesol, le long des routes, des voies ferrées, des vergers etc.

Depuis environ 20 ans, l’ambroisie est en pleine expansion et colonise une grande partie du territoire français. Les pollens sont libérés d’août à septembre avec généralement un pic vers la mi-août.

Continuer la lecture de « S’informer et agir contre l’ambroisie »

MEDVIR : Rassurer quand c’est possible, alerter quand c’est nécessaire !

La pandémie semble régresser, c’est une bonne nouvelle qui nous l’espérons tous va se confirmer.

Mais ce qui inquiète désormais également les Autorités Sanitaires, c’est le retard à la prise en charge de nombreuses autres pathologies.

C’est la raison pour laquelle le site www.medvir.fr a été créé et permet à chacun d’évaluer rapidement, gratuitement, et de façon anonyme ses symptômes, avec pour objectifs de : évaluer, déclarer et suivre l’évolution de ses symptômes, puis connaître les hypothèses diagnostiques et recevoir des conseils personnels.

Utilisé à grande échelle, ce dispositif permettrait de suivre l’évolution de la pandémie en temps réel, ainsi que celle des autres pathologies.

 

Cette évaluation ne se substitue en aucun cas à un examen médical. Elle vous permet de préparer une consultation si nécessaire.

Les services départementaux de la solidarité reprennent leurs activités

À compter du 11 mai 2020, les services départementaux de la solidarité reprennent progressivement l’ensemble des activités nécessaires aux aindinois.
Les modalités d’exercice de ses activités se doivent d’évoluer pour garantir votre sécurité sanitaire et celle de nos agents.
Vous n’aurez pas à vous déplacer et vos demandes seront traitées dans toute la mesure du possible par téléphone.
Les accueils physiques dans nos locaux se feront exclusivement sur rendez-vous et si nécessaire. Des visites à domicile seront également organisées si besoin.

Services départementaux de la solidarité – Ain

Rappel concernant les carrières : l’accès est interdit au public par mesures de sécurité

Ces dernières semaines, une augmentation de la circulation au niveau des carrières a été constatée.

Pour rappel, conformément aux arrêtés de police du 13/12/2019, le Chemin rural dit de la Vy Etroite et le Chemin rural dit de l’Hôpital, sont interdits à la circulation.

Ces chemins traversent le périmètre autorisé de la carrière qui lui aussi est interdit d’accès dans le cadre de son autorisation préfectorale.

Cette interdiction est matérialisée sur le terrain.

Afin d’assurer votre sécurité, il est impératif de respecter ces règles d’accès.

Merci de votre compréhension !

Stop aux déchets dans les toilettes ! La station d’épuration déborde…

Que vous vous en serviez pour la toilette, la cuisine, le ménage …. Une fois que l’eau coule de votre robinet et qu’elle est utilisée, elle devient polluée. Ce que vous rejetez dans vos toilettes ou dans votre siphon, transite par les réseaux d’assainissement, pour arriver à la station d’épuration des eaux usées et rejoindre, après traitement, la nappe phréatique.

Il ne faut que quelques dizaines de minutes à vos eaux usées pour parvenir à la station d’épuration. A contrario, les lingettes, même celles mentionnées biodégradables, se décomposent bien plus lentement, elles arrivent entières à la station d’épuration.

Elles s’accumulent et s’agglomèrent dans les réseaux allant jusqu’à les obstruer. Une nouvelle intervention de débouchage a dû être mise en œuvre ce vendredi, suite à un colmatage des pompes de relevages de la station d’épuration depuis mardi.

Les interventions répétées ont pour conséquence d’augmenter le coût de l’entretien des réseaux d’assainissement et donc de votre facture d’eau. Autre désagrément pour les factures de tous les usagers, si la station d’épuration fonctionne mal, qu’elle a un mauvais rendement, l’agence de l’eau doublera sa taxe sur l’assainissement.

En résumé, jeter les lingettes dans les réseaux d’assainissement :

  • Risque de boucher vos toilettes et vos canalisations
  • Obstrue les réseaux d’assainissement
  • Provoque le dysfonctionnement des pompes des stations de relevage
  • Engorge les dégrilleurs des stations d’épuration
  • Génère systématiquement le déversement des eaux usées vers le milieu naturel
  • Provoque un surcoût facilement évitable de nos factures d’assainissement
  • Derrière chaque lingettee jetée dans les toilettes, il y a un homme qui la ramasse! Et après avoir transité dans les égouts, c’est vraiment dégoutant !

J’adopte les bons gestes : Je ne jette pas « tout à l’égout » !

Afin d’assurer le bon fonctionnement des réseaux et de la station d’épuration et ainsi préserver le milieu naturel, vous ne devez jamais jeter dans le réseau d’assainissement :

  • Des objets solides :

Les objets solides tels que les lingettes, cotons-tiges, serviettes hygiéniques, tampons, mégots, litière pour chat…et même essuie-tout ou mouchoirs en papier doivent être jetés à la poubelle. Les tubes de rouleaux de papier toilettes soit disant biodégradables ne le sont pas du tout, en réalité une fois « fondus » ils se transforment en une boule de colle, cette boule s’agglomère avec les déchets solides … Ces amas de déchets solides forment des bouchons qui bloquent l’écoulement et provoquent la mise en charge des réseaux, génèrent un gaz toxique et nauséabond : le sulfure d’hydrogène, pouvant provoquer la mort des gens qui travaillent sur ces réseaux . Les eaux usées peuvent alors remonter dans les habitations ou déborder sur les trottoirs et les routes et polluer le milieu naturel. De la même manière, vos restes alimentaires peuvent boucher vos siphons et canalisations. Jetez-les à la poubelle ou dans votre composteur !

  • Des huiles et matières grasses :

Il ne faut pas les déverser dans les éviers, dans les lavabos, ou encore les toilettes au risque de boucher vos siphons et réseaux intérieurs. En effet, elles s’accumulent dans les collecteurs pour former des pains de graisse et entravent l’écoulement des eaux usées. Les huiles et les graisses détruisent aussi les bactéries des stations d’épuration, il ne faut pas les mettre aux toilettes mais les emmener dans les déchetteries où elles sont recyclées.

  • Des produits toxiques ou médicaments :

Les produits toxiques comme les peintures, vernis, solvants ou produits de jardinage réduisent l’efficacité du traitement biologique des eaux usées par les bactéries. Ils peuvent aussi s’avérer chimiquement dangereux pour les agents d’exploitation descendant dans les réseaux d’assainissement. Ces produits doivent être déposés en déchetterie.

Les principes actifs des médicaments ne sont que partiellement élimés dans la station d’épuration et se retrouvent en quantité significative dans les eaux de rivière, occasionnant ainsi des perturbations sur la faune et la flore. Il ne faut donc pas jeter les médicaments dans les évacuations d’eaux usées mais les rapporter en pharmacie.

Quant aux produits ménagers et d’entretien, il préférable de les choisir biodégradables et ne pas les surdoser.

L’ambroisie fait sa rentrée !

En ce début septembre, tout comme les écoliers, les pollens d’ambroisie font leur rentrée et sont les premiers à arriver en classe avec des concentrations très élevés sur plusieurs sites comme notamment à Roussillon avec près de 1000 grains de pollens comptés. Le risque d’allergie associé à l’ambroisie sera maximal sur la vallée du Rhône de Lyon à Montélimar et élevé autour avec les couleurs oranges et rouges qui sont de sortie pour les départements du Rhône, de la Drôme, de l’Isère, de l’Ain, de l’Ardèche, dans le secteur de Mareuil (Nouvelle-Aquitaine) et sur le Nivernais. Le risque d’allergie sera moyen dans les zones limitrophes comme par exemple dans la Loire, l’Allier, le Vaucluse, le Gard et en Saône et Loire. 

Continuer la lecture de « L’ambroisie fait sa rentrée ! »